Bienvenue sur ABIDJAN AUTOMATIC

   
 
Apparu en 2009, le Peugeot 3008 va bientôt laisser sa place à son successeur. Mais avant de tirer sa référence, le crossover de Peugeot hérite d’un moteur de dernière génération avec ce BlueHDI 120 ch. Cela lui donne-t-il un petit coup de jeune ? - 25/11/2015 @ 10h20 - Abidjan

Imprimer l'info   Envoyer cette info à un ami 

PARTAGEZ


Cela fait maintenant 6 ans que le Peugeot 3008 est présent sur notre marché et malgré son âge, il demeure toujours le SUV compact généraliste le plus vendu en France (12 947 exemplaires sur les 10 premiers mois de l’année 2015), si l’on ne tient pas compte du Dacia Duster en raison de son positionnement low cost. Le succès commercial est donc incontestable. Pourtant, on ne peut pas dire que c'était gagné pour le 3008 qui n’a jamais eu un physique facile. Bien au contraire… Souvenez-vous de sa calandre coupe-frites qui a tant fait parler. Même si la version restylée a corrigé certains défauts notamment au niveau de la face avant, il est loin d’être un top-model et beaucoup de concurrents sont nettement plus avenants, même si le look est un domaine particulièrement subjectif. Peugeot l'a bien compris et la prochaine génération, qui sera révélée à l'occasion du prochain salon de Genève au mois de mars prochain, devrait bénéficier d’un design plus soigné mais au caractère toujours aussi fort.

Depuis son début de carrière, l’habitacle du 3008 a toujours été l’un de ses points forts. C’est encore le cas, même si le poids des années commence à se faire sentir, notamment en termes d’ergonomie. La meilleure illustration en est l’écran multimédia non tactile, qui se déploie lentement et bruyamment. Pour le reste, la présentation est toujours aussi agréable, que ce soit au niveau de la qualité des matériaux ou du dessin de la planche de bord, même si certains regretteront tout de même son côté massif. Bon point en revanche concernant l'affichage tête haute, un équipement encore rare dans la catégorie, même aujourd’hui.

Essai - Peugeot 3008 BlueHdi 120 ch : le résistantEssai - Peugeot 3008 BlueHdi 120 ch : le résistant
Le 3008 est moins convaincant concernant les aspects pratiques. Son hayon s’ouvre en deux parties, ce qui est toujours unique dans la catégorie, ce qui lui permet de rendre de nombreux services. Il dispose aussi d’un plancher parfaitement plat quand on rabat la banquette arrière - ce qui est rare comme nous avons pu le voir lors de notre maxi comparatif entre les différents SUV compacts, mais le 3008 est loin d’être le meilleur élève en la matière. La faute à un volume de chargement réduit (432 – 1 241 litres), loin derrière la référence du segment, le Toyota Rav 4 (577 – 1 776 litres) mais également à une habitabilité arrière tout juste correcte.

Vieillissante, la gamme du 3008 est toujours aussi fournie avec pas moins de 6 finitions. Pour cet essai, nous avions le haut de gamme : Féline. Elle se distingue par un équipement complet comprenant notamment l’aide au stationnement avant et arrière, le toit panoramique, les jantes 18 pouces, les projecteurs bi-xénon directionnels, les sièges avant chauffants, la navigation, la climatisation bi-zone, ou la sellerie cuir.

Essai - Peugeot 3008 BlueHdi 120 ch : le résistantSur route, les années passent mais les qualités du 3008 perdurent. Le SUV du Lion possède un compromis confort/comportement toujours aussi plaisant, notamment pour les passagers. Fort heureusement, cela ne grève en rien le dynamisme en raison notamment d’un amortissement parfaitement calibré qui contre tous les mouvements de caisse ainsi que le roulis. Cet agrément est complété par une direction précise et informative et un freinage efficace. Si cette tenue de route était le principal point fort du 3008 lors de son début de carrière, la concurrence n’est pas restée passive, si bien qu’elle est désormais rentrée dans le rang, tout en étant toujours l’une des meilleures de sa catégorie. Ajoutez à cela une bonne isolation phonique des bruits d’air et de route, pas de doute, le Peugeot 3008 est un excellent compagnon de voyage. Le seul bémol concerne la position de conduite, un peu trop typée « camion » en raison notamment du diamètre de volant trop grand.

Sous le capot, le remplacement du e-HDI 115 ch par ce BlueHDi 120 ch ne change pas grand-chose au tempérament du 3008. Avec son couple généreux de 300 Nm disponible dès 1 750 tr/min, il profite de bonnes relances. Un agrément de conduite provenant également de la boîte de vitesses manuelles à 6 rapports, au guidage ferme mais précis. On reprochera tout de même la rugosité trop importante du 1.6 HDi, qui se fait entendre au ralenti. Heureusement, cela s’arrange au volant même si certaines vibrations se font ressentir au niveau du pédalier.

 
[ Source : Caradisiac | Top ]




Essai Honda CR-V 2.2 i-DTEC 2013 : un modèle de confort .
Après 6 années de commercialisation, Honda lance la nouvelle génération de son CR-V, le quatrième du genre. Servit par un excellent bloc diesel de 150 ch, le SUV nippon se veut plus logeable, plus confortable et mieux équipé.
- 12/11/2012 @ 12h41 - Abidjan

Imprimer l'info   Envoyer cette info à un ami 

PARTAGEZ


SUV : un segment qui ne connaît pas la crise

S'il y a bien un segment qui ne connaît pas la crise, c'est celui des SUV compacts. Alors que le marché global en France devrait enregistrer une baisse globale de 8 à 10% sur l'année, celui des SUV devrait enregistrer 13% de croissance. Longtemps décriés comme des véhicules pollueurs, les SUV ont su tirer leur épingle du jeux, notamment avec le succès du Nissan Qashqai. Autre fait marquant, comme en atteste les chiffres de Honda, près de 80% des acheteurs de SUV viennent des segments des berlines et des monospaces... Les temps changent !

Pour faire face à une concurrence de plus en plus acérée (Volvo XC60, Volkswagen Tiguan, Citroën C4 Aircross...) Honda renouvelle son CR-V. Le SUV nippon se veut plus luxueux en limitant au maximum les parties en plastique et plus dynamique. Il perd 5 mm en longueur (4571 mm), tandis que la largeur reste la même (1820 mm).

Une habitabilité presque au niveau d'un monospace

Cette légère baisse de ses mensurations extérieures n'est pas synonyme d'une habitabilité en retrait. Au contraire grâce à quelques tours de passe-passe comme une nouvelle implantation des assises, le CR-V 4 demeure plus accueillant que son prédécesseur. ...Lire la suite de l'article sur www.alter-auto.com







 
[ Source : alter-auto.com | Top ]





 
 
 
 
Espace Auto
Espace Auto
Trouve ton Gaz
Perdus / Trouvés
Petites annonces
 
COMMUNIQUES