Bienvenue sur ABIDJAN AUTOMATIC

   
Lorsque l’artiste musicien Daouda « le sentimental » chantait « Les Gbakas d’Abidjan » il y a plus de deux décennies, ces minicars faisait la fierté des transporteurs et des voyageurs intercommunaux d’Abidjan - 28/01/2014 @ 13h00 - Abidjan

Imprimer l'info   Envoyer cette info à un ami 

PARTAGEZ


Lorsque l’artiste musicien Daouda « le sentimental » chantait « Les Gbakas d’Abidjan » il y a plus de deux décennies, les minicars appelés communément gbakas faisait la fierté des transporteurs et des voyageurs intercommunaux d’Abidjan. Neufs, ces véhicules étaient caractérisés par leur excellent état et la bonne conduite générale des chauffeurs et leurs convoyeurs.

Aujourd’hui, la réalité en est toute autre. Les gbakas d’Abidjan ont fait de la route. Ils ont même très vieilli. Le Toyota « Nèguè », l’Isuzu « Wourou Fato » et le Mitsubishi Canter « Waraba » qui s’achetaient comme des petits pains dans les années 90 et paradaient dans les rues d’Abidjan et des villes périphériques comme Anyama et Bingerville n’affichent plus le même éclat.

En effet, rien qu’à voir les immatriculations, tout observateur ne pourra remarquer que les gbakas d’Abidjan ne sont pas renouvelés depuis les années 90, soit depuis environ deux décennies. Les alibis pour justifier ce fait sont divers. Certains avancent la longue crise qu’a connu la Cote d’Ivoire tandis que d’autres accusent les transporteurs de ne pas prévoir un plan de renouvellement de leur parc automobile. On retient simplement que les gbakas d’Abidjan souffrent d’un vieillissement qui nécessite une intervention urgente pour la sécurité des passagers.

Parlant de sécurité justement, les gbakas d’Abidjan sont caractérisés par le peu d’attention que leurs conducteurs et convoyeurs ont vis-à-vis des règles élémentaires de sécurité routière. Les feux tricolores, les panneaux stop, le respect de la priorité aux intersections et autres croisements sont foulés au pied avec un taux très élevé d’accidents mortels.

L’état piteux des gbakas d’Abidjan et la conduite sans scrupule d’une bonne partie des chauffeurs et convoyeurs exigent de nos jours une réflexion pour révolutionner le transport public en Cote d’Ivoire, pour une sécurité assurée des passagers et une meilleure rentabilité du business des transports.

Source et photo : Héron

[ Posté par : Redaction | Top ]

 
 
 
 
Espace Auto
Trouve ton Gaz
Perdus / Trouvés
Petites annonces
 
COMMUNIQUES